Cruel Intentions

Ils sont jeunes, beaux, riches et rivalisent d'adresse machiavélique pour obtenir le plus de conquêtes amoureuses...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Service à désirer... ah oui ?!

Aller en bas 
AuteurMessage
Zara Von Thiensen
To fall in love it is for the weak ones
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 28
In Love : ♥ L'amour est pour les faibles, je suis loin d'être faible
Votre philosophie : Mieux vaut être fou avec tous que sage tout seul
Humeur du Jour : le coeur léger
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Service à désirer... ah oui ?!   Mar 24 Avr - 13:11

« Sunday Bloody Sunday… », hurlait la radio dans la voiture –décapotable s’il vous plaît- de Zara Von Thiensen alors qu'elle roulait dans LA.
Un peu trop sanglant certes cette chanson et puis pas très véridique, en effet on n'était pas dimanche, aujourd'hui on était jeudi ! La journée avait commencé depuis longtemps, il était 14h mais pour la belle, cela faisait seulement deux heures qu'elle avait débuté. En effet, Zara avait fait la fête la veille et elle s'était levée à midi. Aah le week-end, c’est tellement bien... qu’on fait trop la fête et qu’on oublie de se réveiller.
Sa journée d'hier pouvait se résumer en quelques lignes. En effet, elle n'avait rien fait de bien passionnant. Elle avait passé sa matinée à bronzer dans son jardin au bord de sa piscine, ses lunettes de soleil Daniel Swarovski sur le nez, son magazine de mode préféré « Vogue » sur les genoux et une cigarette dans les mains. Des BlackDevils au chocolat s'il vous plaît. Vous ne connaissez pas ? Bande d'incultes !
Avant bien sûr d’avoir passer la soirée à faire la fête avec ses ami(e)s jusqu’à pas d’heure.
Du coup, à son réveil à midi, elle avait un peu mal à la tête. Certainement dû à trop d’alcool ingurgité... Que c'est bien les fêtes mais après, les conséquences sont bien là...
Zara changea le CD, elle ôta celui de U2 pour mettre un de Kylie Minogue avant d'augmenter le volume pour que le son de You make me feel résonne entièrement, à un tel point que tout le monde pouvait entendre du fait qu’elle était en décapotable et qu’elle avait mis les basses. Elle mit son autre paire de lunettes de soleil –en fait elle en avait plus de deux mais passons- Dior et se reconcentra sur sa route.
Lorsqu’elle s’était réveillée, déjà il avait fallu à Zara de savoir quelle heure il était puis de prévoir quelque chose. Qu'allait-elle ce jour-là ? Généralement pas grand chose. Elle trouvait toujours le moyen de se faire inviter chez quelqu’un pour un jaccuzzi ou pour aller boire un verre au bord de la plage, mais cette semaine avait été ponctuée de nombreux rebondissements comme se faire couper les cheveux ou encore trouver de nouvelles tenues qu'elle avait oublié de programmer ses journées. Zara était plutôt du genre désorganisée mais elle aimait tout de même savoir ce qu'elle allait faire à l'avance.
Elle chantait à tu-tête, se moquant bien des gens qui la regardaient pas, lorsque son portable se mit à sonner et à vibrer dans son sac à main Hermès. Zara baissa rapidement le volume et on put cette fois-ci entendre la sonnerie de Butterfly Bouche, Life is short, de la musique pop-rock qu'adorait la jeune femme.
Elle décrocha et remarqua immédiatement la voix d'une de ses amies. Celle-ci lui demandait ce qu'elle faisait et que si elle le désirait, elle pourrait la retrouver autour de sa piscine histoire de passer l'arpès-midi ensemble. Zara lui répondit alors qu'elle verrait et que pour l'instant elle allait faire les boutiques. Elle lui promis ensuite de la rappeler pour lui dire son programme.

Zara avait prévu de faire les boutiques pour voir la nouvelle collection de chez Chanel qui devait sortir en avant première à LA. Elle avait pris une barre de céréales pour se remplir le ventre, s’était vernis les ongles en rouge. La couleur s'accordait à la perfection avec son jean en denim et son haut blanc à motifs. Elle s'était lissée les cheveux durant une bonne heure avant de filer dans sa salle de bain et de chausser une paire d'escarpins blancs. Elle s'était parfumée de son parfum préféré, L de Lolita Lempicka et, parée de son sac Hermès et de ses lunettes de soleil, elle avait grimpé dans sa décapotable.

Après avoir fait les boutiques les plus luxueuses -au passage elle s'était achetée une autre paire des très chères lunettes de soleil Daniel Swarovski -, Zara entra dans un Starbucks Coffee. Elle se dirigea immédiatement vers le comptoir, c'était ainsi dans les Starbucks... Elle commanda une limonade, ce qui la rafraîchirait. En effet, il faisait une de ses chaleurs... Et en jean slim, elle crevait...
Elle s'installa à une table, près des fenêtres et des portes ouvertes bien sûr. Les courants d'air relevaient ses cheveux laissés sur ses épaules. Elle avait gardé ses lunettes de soleil sur son nez et agitait un petit carton du Starbuck où il était inscrit les boissons comme un éventail.
Elle jetait quelques coups d'oeil à ses paquets. Elle venait d'acheter une robe chez Chloé et pensait à la mettre puisqu'elle coulait avec ses affaires... La robe était légère, blanche avec des rayures bleues foncées sur le bas. Il y a un joli décolleté mais il était tout de même sage et droit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fashion-world.highforum.net
James McMahon
.Je m'en fous, des détails Brand New Dreamer.
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Service à désirer... ah oui ?!   Ven 25 Mai - 21:44

Dire que James, se matin-là, c'était réveillé avec une tête dans le ... pas possible, c'était un doux euphémisme. En effet, le jeune homme, pourtant pas fétard invetéré, avait passé la nuit dans une soirée très select, qu'il s'était trouvé grace a un de ses courts-métrages, qui avait largement plu a un grand nom de clubbeur, et aussi parce que certains de ses amis y allaient. Il avait passé la plus grand partie de la fête a boire et a danser, normal, puis il s'était fait emballer par une fille magnifique, mais qui ne lui plaisait pas du tout, et avait fini sa soirée en gambadant dans les rues, seuls, le truc qui ne lui arrivait carrement jamais.
Et pourtant à sept heures, deux heures après qu'il ai réussi a trouver où il habitait, et qu'il avait donc retrouvé son lit, son réveil avait sonné, pour quelque chose qu'il avait completement oublié: entretient avec un éditeur qui avait retenu un de ses manuscrits. Il s'était donc habillé à la hate, un jean foncé, un tee-shirt bleu doux et une chemise blanche, comme d'habitude aucun rapport entre toutes les fringues, et avait foncé dans son garage pour prendre son scooter, un vieux truc qui tombait en ruine, et il avait foncé sans aucune attention aux feux rouges (c'est mal) jusqu'a la maison d'éditeur, qu'avec son sens aiguë de l'orientation (oui, c'est ironique), il avait mis une demi-heure a trouver. Une fois là-bas, il avait poireauté une heure et demi dans la salle d'attente avec son mp3 dans les oreilles diffusant la B.O de Marie-Antoinette (d'ailleurs c'était un truc qu'il avait découvert, dans les maisons d'édition comme chez le médecin, y'avait une salle d'attente) et enfin avait été reçu par un mec, monsieur Royley, ou un truc comme ça.
Très stressé, comme naturellement, il avait assez merdé, mais avait fini par ouvrir de grands yeux quand l'homme, la soixantaine dans un costume bien repassé, avait sorti un livre imprimé parfaitement avec une couverture magnifique de son tiroir, livre qui était bien entendu le sien. Il l'avait saisi, et ne contenant pas sa joie avait embrassé le vieux bonhomme. Puis, il était sorti dans les rues de New-York et avait vogué, le sourire aux lèvres; et comme finalement il fallait bien se poser quelque part, il avait choisi le Starbucks, qu'il trouvait sympa.
Arrivé a l'intérieur et après avoir commandé sa boisson préférée, Cinamonn Dolce Latte qu'il prennait qu'il fasse moins trente douze ou cinquante degrès a l'ombre, il chercha un endroit où s'asseoir. Chose compliqué, car, heure de pointe obligé, il y avait un monde fou. Il fini par trouver la seule place restante, a côté d'une fille que...Mais, oui, en effet, qu'il connaissait pour l'avoir juste remarquée le temps d'une soirée. Zara. Il retrouvait enfin Zara. Il s'assit a côté d'elle, sans rien dire ni même la regarder, histoire de pas faire le vieux débile intello amoureux de la femme parfaite. En même temps, faire intello, pour lui c'était compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Service à désirer... ah oui ?!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» petit service
» So-Service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cruel Intentions :: New York City :: Starbucks Coffee-
Sauter vers: